Interview Chantal Eymard


Entretien avec Chantal EYMARD, infirmière, Maître de Conférences  HDR à Aix-Marseille-université (EA Apprentissage, Didactique, Evaluation, Formation - UMR ADEF)

Propos recueillis par Sylvia Topouzkhanian, co-responsable des Rencontres Internationales d’Orthophonie 2018

ST. Les Rencontres Internationales d’orthophonie organisées par l’Unadréo,  au sein desquelles tu vas intervenir en décembre, portent sur la prévention, le dépistage et l’éducation thérapeutique du patient (ETP). Tu es l’auteur de nombreux ouvrages sur la thématique de l’ETP, dont un publié par l’INPES (2010 – disponible en ligne). Peux-tu nous en dire quelques mots ?

L’ouvrage publié par l’INPES « Éducation thérapeutique du patient – Modèles, pratiques et évaluation » que nous avons codirigé avec Jérôme Foucaud, Jacques Bury et Maryvette Balcou-Debussche est une contribution importante en ETP. Il fait suite aux résultats d’une enquête sur la formation initiale des professions de santé faisant état du manque d’outil et de références sur les approches conceptuelles et méthodologiques, et sur une analyse de la littérature. Il réunit le point de vue de 38 auteurs théoriciens et praticiens sur les modèles, les leviers, les freins, et fournit des exemples de pratiques évaluées. Pour participer à l’ouvrage, les interventions d’ETP retenues devaient être récentes, décrites et évaluées. La sélection des auteurs s’est faite en fonction des pathologies retenues et de la variété des modèles d’éducation et des contextes. La co-direction de cet ouvrage m’a intéressée dans les débats du comité d’expert sur la variété des modèles, des expériences et des pratiques en ETP. Ma contribution plus spécifique en terme d’écriture s’est portée sur le cadre conceptuel et théorique de l’éducation thérapeutique. En 2004 j’avais proposé une modélisation en croisant les modèles de la santé et les modèles de l’éducation. J’ai pu lors de la rédaction de cet ouvrage développer ma pensée vers une modélisation qui mette l’accent sur le caractère complexe et multidimensionnel des pratiques inscrites dans un contexte socio-économique et politique et dans l’interaction des modèles de la santé, de l’éducation et de l’apprentissage. La modélisation de l’ETP m’intéresse, car elle contribue à expliciter des repères pour l’analyse des pratiques et des discours. La question de l’ETP et des apprentissages à réaliser pour vivre au quotidien avec un problème de santé est plus complexe qu’une stricte application d’une approche prescriptive. L’évaluation des résultats est difficile, car elle ne peut se résumer à l’adoption de bonnes pratiques par les patients et leurs familles, les apprentissages à réaliser pour vivre au quotidien avec un problème de santé étant plus complexe qu’une stricte application d’une approche prescriptive.

ST. Selon toi, quels dispositifs d’ETP en lien avec la spécificité des prises en soins orthophoniques devraient être développés ?

Dans la prise en soins des troubles de la parole et de la déglutition, des troubles d'apprentissage, (langage écrit ou oral ou les troubles logico-mathématiques), des handicaps de l'enfant ou de l’adulte qu’il s’agisse de déficiences sensorielles, neurologiques, de troubles de la communication, la démarche d’ETP est importante. La HAS a publié de nombreux documents en termes de recommandations pour la conception, la structuration, la mise en œuvre, l’évaluation de programme et d’activités d’ETP. Ces documents servent de références pour l’analyse et l’évaluation des pratiques et de la formation. Cependant ils sont généralistes et centrés sur la maladie chronique.

La spécificité des soins orthophoniques pourrait faire l’objet de la création d’un document  mettant en valeur les critères d’une démarche éducative et le sens construit avec les patients et leurs familles dans les apprentissages visés. Un tel document pourrait faciliter l’identification de ce qui est commun et spécifique à l’ETP en orthophonie. Il me semble pertinent aussi de construire un référentiel de formation permettant aux équipes d’élaborer et de mettre un œuvre des dispositifs pédagogiques adaptés à la formation des étudiants et des professionnels.

ST. Selon toi, quels sont les enjeux de l’ETP dans la pratique orthophonique ?

Dans la pratique orthophonique, les enjeux de l’ETP sont d’une part communs à l’ensemble des professionnels impliqués dans les démarches d’ETP et d’autre part spécifiques à la profession. D’une manière générale, l’Education Thérapeutique du Patient (ETP) est sous tendue par un enjeu politique, économique, social et humain en lien avec l’augmentation des maladies chroniques, les handicaps, l’inégalité sociale en matière de santé, le constat de la non observance des préconisations et le coût de leurs prises en charge. Elle vise à rendre le patient et sa famille acteur dans le processus d’un être en santé, notamment en lui permettant de développer des compétences pour prendre en charge ses problèmes de santé, tout en améliorant sa qualité de vie. Les enjeux communs sont donc de promouvoir la santé et la qualité de vie des citoyens et de développer le partenariat avec les patients et leurs familles.

En ce qui concerne l’orthophonie, les enjeux de l’ETP sont aussi de :

- répondre aux attentes sociales qui sont exprimées à la profession. Les patients et les familles qui vous sollicitent souhaitent être accompagnés dans l’acquisition et le maintien des compétences d’auto-soins leur permettant de soulager les symptômes et de prévenir les complications, le  développement de compétences psycho-sociales qui favoriseront la gestion des répercussions psychologiques, sociales et professionnelles , dans leur processus d’autonomisation par rapport à leur problème de santé.

- développer le pouvoir d’agir des professionnels, de spécifier leurs contributions au sein des équipes pluri professionnelles dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de programmes d’ETP, mais aussi dans le développement de la recherche.

ST. En quelques lignes, peux-tu présenter à notre lectorat le sujet de ton exposé lors de ces Rencontres UNADREO ?

Lors des rencontres UNADREO, je souhaite mettre l’accent sur la question de la modélisation de l’ETP. En effet de nombreux textes posent un cadre à cette pratique ; Cependant les constats qui ont conduit à la rédaction de l’ouvrage de l’INPES en 2010 sont toujours  d’actualité. Certes les pratiques ont évolué en prenant en compte les recommandations, mais d’une part le processus d’observance et d’alliance thérapeutique ne peut pas se réduire à la volonté des patients de suivre une prescription médicale, et d’autre part passer d’une logique d’information à visée préventive à une logique d’éducation ne va pas de soi. Les orthophonistes, comme les soignants, ne sont pas devenus éducateurs spontanément. Constat peut être fait alors de la variété des pratiques et des modèles et de la difficulté d’évaluer l’impact de l’ETP sur la santé et la qualité de vie du patient et de son entourage familial.

Cette communication s’attachera donc à décrire les éléments de contexte humain, socio-économique et politique au sein desquels s’inscrivent aujourd’hui les pratiques et les discours en ETP. Nous reviendrons sur les modèles qui interagissent dans les programmes et la relation éducative en santé en mettant l’accent sur leurs caractères complexes et multidimensionnels et en discutant les principes des relations qui régissent des actes et les modes de pensée, l’intérêt et les limites de l’ETP. Nous aborderons la question de l’ancrage paternaliste dans la relation soignant-soigné et de son impact vers une relation de partenariat.

Nous souhaitons mettre au débat la question de la modélisation de l’ETP et des repères qu’elle propose pour l’analyse des pratiques et des discours dans le contexte de la spécificité de l’ETP en orthophonie.

 



Promouvoir, organiser, développer et initier la recherche dans le domaine de l'orthophonie.

Unadreo